SÉCURITÉ. SERVICE. ÉCOUTE.

Chaque porte est la bonne porte : voici la devise de ce programme qui vise à améliorer les interventions auprès des femmes immigrantes victimes de violence familiale et conjugale.

Ce projet de trois ans, qui s’est déroulé de 2015 à 2018, reposait sur la conviction qu’aucune femme ne devrait avoir à se débrouiller seule dans un système qu’elle ne connaît pas lorsqu’elle cherche à obtenir de l’aide. Nombre d’acteurs ont participé à ce projet qui vise à permettre aux femmes concernées d’accéder à des informations et à des services grâce à un modèle de prestation communautaire coordonnée. Le projet reposait sur des partenariats, un travail de coordination et le partage de ressources entre les ministères provinciaux, les prestataires de services d’aide liés à la violence familiale et conjugale, ainsi que des organismes communautaires et ceux qui interviennent auprès des immigrants.

La participation de femmes immigrantes à ce projet a été essentielle. Leurs points de vue ont fourni une orientation stratégique et une optique par lesquelles tous les aspects du projet ont été considérés.

Le but était de bâtir des ponts entre les femmes concernées ainsi que les prestataires de services de lutte contre la violence familiale et conjugale et les fournisseurs de services aux immigrants. Les prestataires ont été sensibilisés à la violence familiale et conjugale chez les immigrants et les nouveaux arrivants, ainsi qu’aux difficultés, aux risques et aux obstacles que connaissent les immigrantes victimes de violence conjugale pour être en sécurité. Les résultats continuent d’être intégrés aux stratégies et aux formations provinciales sur la violence familiale et conjugale subie par les nouvelles arrivantes.

Le projet vise non seulement à améliorer les services, mais également à créer des liens entre les femmes concernées, à les aider à partager leur histoire et à mettre en place un système d’intervention tenant compte de leur culture.

Le projet a abouti à un colloque en septembre 2019, pendant lequel une centaine de participants des quatre coins de la province ont discuté des stratégies les mieux adaptées aux nouvelles arrivantes ainsi qu’aux femmes sans statut et aux immigrantes au Nouveau-Brunswick. Le rapport du projet, intitulé guide de référence sur la violence familiale et conjugale chez les immigrantes au Nouveau-Brunswick, présente les enseignements tirés de ce travail.